Chapitre 43 - Petite leçon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 43 - Petite leçon

Message par Lyne le Sam 27 Mai - 14:13

Chapitre 43
Petite leçon


 
 
...Vergas, quelques jours plus tard, au manoir de Tayrun. ...
 
 
 
L'odyssée de la vie... 
 
L'odyssée de la vie commence par une rencontre : celle d'un ovule et d'un spermatozoïde. Ou plutôt, d'un ovule et de millions de spermatozoïdes... Lors de l'ovulation, l'ovule descend dans une trompe et il survivra un à deux jours hors de l'ovaire s'il n'est pas fécondé. L'humain éjacule lors du rapport sexuel quelques centaines de millions de spermatozoïdes. Mais sur cette incroyable armée, un seul soldat atteindra le Graal :  99 % ne passent pas même le col de l'utérus, seules quelques centaines réussiront à atteindre les trompes après un périple de 15 à 18 cm pour des aventuriers de 0,05 millimètres. 
 
Dès l'instant où un spermatozoïde est entré dans l’ovule, ce dernier dresse, dans la plupart des cas, une barrière tout autour de lui pour empêcher l’entrée d’autres spermatozoïdes. Effectivement, un ovule fécondé avec plusieurs spermatozoïdes donne un embryon non viable. Le noyau de l’ovule et celui du spermatozoïde fusionnent ; la première cellule est née !
 
Un bruit de sachet en plastique froissé masqua légèrement la suite des explications de la voix off. Genïe fit disparaître son paquet de bonbons, puis saisit un grand saladier qu'elle posa sur ses genoux. La Gardienne plongea sa main droite à l'intérieur du récipient, puis saisit quelques pop corn sucrés avant de les engloutir d'une seule traite. Elle se redressa quelque peu sur le canapé, puis reporta son attention sur le reportage qu'affichait la petite tablette numérique suspendue en lévitation face à elle. 
 
Un minuscule être humain se développe à partir de la cellule-œuf qui s'est formée environ 20 heures après la fécondation, lorsque les noyaux du spermatozoïde et de l'ovule se rejoignent. Mélangeant les patrimoines génétiques des deux parents, cette cellule œuf est absolument unique. Elle contient déjà toutes les informations génétiques du futur adulte. Au bout de 10 heures commence la première des multiples divisions cellulaires. Des trompes, l'embryon descend vers l'utérus et s'implante sur ses parois autour du 7ème jour. À ce stade l'embryon mesure 0,1 mm...
 
Un sourire irradia le visage de Genïe alors suivait - avec un intérêt non dissimulé -, les séquences vidéos de chaque étapes du développement d'un embryon humain dans le ventre de sa mère. L'odyssée de la vie humaine ! Un sujet qui fascinait Genïe au plus haut point ! Oh, ce n'était pas la première fois qu'elle regardait un documentaire traitant de ce thème. Mais elle était émerveillée à chaque fois qu'elle en regardait un. Pour un peu, elle avait presque envie d'être une humaine pour savoir quel effet cela faisait de porter la vie en soi... 
 
— Ces reportages sont si touchants ! Je ne m'en lasserai jamais... s'exalta la Gardienne, les yeux - pétillants -, braqués sur la tablette numérique. Quelle chance vous avez vous les humaines... 
 
— Chance ? Je ne sais pas si on peut réellement appeler ça comme ça... lança Maelyss, installée à la grande table du salon les yeux rivés sur son livre de sortilèges.
 
— Pourquoi dis-tu ça ? s'enquit Genïe curieuse.
 
— Parce que là ils ne parlent que des aspects positifs. Or, il y a malheureusement pas que ça. À commencer par la déformation du corps, les seins gonflés et sensibles, les vergetures, les nausées, la constipation, les sautes d'humeurs. Les hémorroïdes, les insomnies, les crampes, contractions, les malaises. Douleurs de dos, de mollets et j'en passe. Sans évidemment parler de l'accouchement en lui-même et de certains actes chirurgicaux déplaisants facilitant l'arrivée du bébé...
 
— C'est sûr que vu sous cet angle c'est moins réjouissant, nota la Gardienne. Mais tu porte la vie ! Ça doit être tellement génial de sentir un petit être grandir et bouger en soi !
 
— Oui je suppose... conclut la fille de Gokû. 
 
Elle retira ses lunettes de lecture, puis refermant son bouquin. Un bruit se fit subitement entendre de son estomac. Signe manifeste qu'il était temps de faire une petite pause et de reprendre des forces avant d'attaquer la dernière partie de ses révisions. Tiens, pour une fois elle était en avance sur son horaire habituel. Elle allait peut-être pouvoir terminer avant 16h cette fois-ci et ainsi, s'octroyer une petite virée en ville pour se détendre et se changer les idées. Elle en avait grand besoin en ce moment... La jeune femme s'étira en baillant, puis quitta sa chaise. Elle s'orienta dans la cuisine et se prépara un énorme sandwich avant de s'installer sur le canapé du salon aux côtés de son amie.
 
— Alors, tu voudrais pas avoir un bébé ? questionna Genïe.
 
— Hmpff ! keuf, keuf ! hein ? fit la métisse en avalant de travers son morceau de pain.
 
— Oui ! Comme ça je pourrai pouponner ! répondit la Majin le sourire jusqu'aux oreilles.
 
— Je te signale que pour ça il faut être deux. Et je n'ai encore personne... D'ailleurs ce n'est pas vraiment une priorité en ce moment... Et puis pourquoi t'en fais pas un toi ?
 
— Oh mais ça va prendre des siècles avant que je trouve quelqu'un et qu'on décide d'en avoir un ! Et pis tu sais, chez nous le processus se déroule tellement vite qu'on ne peut pas réellement en profiter. Comparé à vous, le miracle de la vie perd un peu de son charme je trouve. Et comment ça tu n'as personne ? Et Jaï dans tout ça ?
 
— Quoi Jaï ? lâcha Maelyss avant de mordre à pleine dents dans son en-cas. 
 
— Ben vous êtes très proches tous les deux. Et ça pourrait très bien fonctionner si tu te décidais enfin à franchir le pas...
 
— Genïe je t'en prie... soupira la fille de Gokû. Et puis d'ailleurs, comment ça, vous n'avez pas le temps d'en profiter ? Vous ne porter pas vos bébés vous ?
 
— C'est plutôt rare. À ma connaissance, il n'y a que 4 % des Majins qui le font. Et cela inclue aussi les hommes... Le reste du temps ils se développent indépendamment de nous.
 
— Attends, tu veux dire que les hommes Djinns peuvent aussi enfanter ?
 
— Bien sûr ! Tu ne le savais pas...?
 
— ...Non. J'ai toujours pensé que c'était le rôle des femmes, avoua la Saiyanne. Un peu comme les humaines... Mais ils sortent par où ? Par le ventre ?
 
— Oui ! Comme pour les femmes du reste...  En réalité, c'est le futur bébé qui choisit où et comment il se développera. En fait, lorsque des Majins veulent avoir un enfant, ils fusionnent entre eux et entrent dans ce que nous on appelle : "l'état de reproduction". Il s'agit d'un état second, une sorte de transe qui caractérise par des pupilles fluorescentes et dilatées. Il arrive parfois que certains Djinns transpirent un peu plus ou que leur peau soit très chaude. Cette phase leur permet de lâcher une cellule unique qui fusionnera avec celle de leur partenaire pour donner un nouvel être. Si l'embryon choisit, comme la plupart du temps, de se former indépendamment des parents, il dressera un cocon autour de lui afin de continuer son développement. Le processus de gestation varie de quelques seconde à quelques heures. Il peut arriver qu'un bébé mette quelques jours, voir quelques semaines avant d'arriver. Mais c'est plutôt rare. Et en règle générale, cela ne dépasse pas un mois.
 
— Mais comment savez-vous qu'il est totalement formé et prêt à sortir ?
 
— Le cocon émet une aura autour de lui et il devient plus mou pour permettre au bébé de sortir. Et si nous voyons qu'il n'y parvient pas tout seul, on l'aide.
 
— Et tu dis que le miracle de la vie perd de son charme ? Moi je trouve ça tout bonnement génial ! En plus vous n'avez pas autant de contraintes que nous et vous pouvez en avoir plusieurs sans que cela aille un quelconque impact sur votre corps... 
 
— C'est vrai que ça représente beaucoup d'avantages. Mais je trouve que voir le ventre de la femme s'arrondir de jours en jours et sentir ce petit être bouger à l'intérieur de son corps c'est bien plus magique ! Et le cocon est trop dur pour qu'on puisse vraiment l'enfant à l'intérieur. Ce n'est vraiment pas pareil que pour vous...
 
— Ah je vois... Du coup... comment ça se passe au niveau... sexuel ?
 
— Vous n'avez jamais eu de cours parlant de notre race ?
 
— Si, si, bien sûr ! Plusieurs, même. Mais... on a jamais vraiment aborder ce sujet-là. Ou alors quand je n'étais pas là...
 
— Mais pourquoi tu ne m'a jamais posé de questions dans ce cas ?
 
— Ben parce que c'est un peu délicat et gênant aussi... Pour moi le fait que vous pouviez en avoir me suffisait amplement. Je n'avais pas réellement besoin de savoir comment vous vous y preniez. Cela n'était pas si indispensable. Et puis... ça m'a toujours donné l'impression de vous étudier comme des animaux de laboratoire et ça me mettais un peu mal à l'aise vis à vis de vous alors... argumenta la jeune femme.
 
— Pourtant, à ma sortie de formation je savais l'essentiel sur comment fonctionnait votre système de reproduction. Et je n'ai pas eu la sensation de vous étudiez comme des animaux de laboratoire... Cela dit, il est vrai que je me suis intéressée vraiment à la question que lorsque j'ai commencé à travailler pour toi, alors, je ne peux pas vraiment t'en vouloir. Mais ça m'étonne quand même... je pensais que tu en savais quand même davantage...
 
La fille de Gokû détourna le regard en se mordant la lèvre inférieure, définitivement honteuse. Ses explications étaient encore plus dérisoires que sa pathétique tentative d'argumentation. Elle se sentait vraiment embarrassée tout à coup. Pas seulement pour elle et son manque manifeste de curiosité. Mais surtout vis à vis de sa meilleure amie... Et elle espérait que cette dernière ne lui en voudrait pas trop de lui avoir fait cet aveu...
 
— Je sais c'est complètement stupide, je le reconnais, admit Maelyss. Mais je serai ravie de savoir comment vous fonctionnez. Si bien sûr, tu pardonnes mes pietres connaissances à ce sujet et que tu veuilles bien les combler par tes explications, sourit la guerrière.
 
— Hm... ouais ça va je te pardonne, va ! Bon, déjà il faut savoir que chez les Majins, contrairement à vous, notre sexe sert uniquement à nous procurer du plaisir et rien d'autre. C'est d'ailleurs ici que ce concentre l'essentiel du plaisir. Et le sexe d'un homme Majin n'est pas visible en temps normal. Il ne se dévoile que lors de l'excitation sexuelle.
 
— Vous n'avez pas d'autres zones érogènes comme nous ?
 
— Si, quelques unes telles que; les cuisses ou le ventre pour la femme. Le torse ou les fesses pour l'homme. Quelque fois les orteils ou les seins. Mais ça reste un plaisir moindre. Et encore plus comparé à vos zones à vous. Enfin, de ce que j'ai entendu dire. 
 
— Comment ça moindre ? Vous n'éprouvez pas de plaisir en dehors de l'acte sexuel ? Comme avec les baisers et les caresses lors des préliminaires par exemple ?
 
— Oui. Mais c'est moins fort comparé à vous. En fait notre corps est nettement moins sensible que le vôtre. Ce qui fait que nous sommes moins réceptifs au toucher. 
 
« Cela veut dire... qu'il n'a rien ressenti et que je suis la seule à avoir réellement eu du plaisir durant notre "rapport". pensa Maelyss, le visage blême. 


La Saiyanne se mordit la lèvre inférieure tandis que la culpabilité déferlait dans son esprit. Bon sang ! Qu'est-ce qui lui avait pris de faire une chose pareille ? Et avec le plus grand ennemi de sa famille qui plus est ! C'était de la folie ! De la folie pure et dure ! Mais le plus grave à ses yeux c'était... qu'elle avait apprécié ce moment passé avec Buu. Il fallait à tout prix qu'elle se sorte cette histoire de la tête et vite. Cette nuit à ses côtés n'était ni plus ni moins qu'un moment d'égarement. Un acte qu'elle ne reproduirait plus jamais !


— Ça ne va pas ? 


La voix de Genïe retira brutalement Maelyss de ses pensées.
 
— Hein ? fit Maelyss. Si, si ça va... c'est juste que ça doit faire un peu bizarre de se dire que votre partenaire ne ressent presque rien quand vous l'embrassez ou le caressez...
 
— Tu sais, même si on est moins réceptifs, cela reste tout de même une marque d'affection et d'amour. Et je connais pleins de Majins qui adorent se faire des câlins ! Même si pour la plupart d'entre eux, le sexe n'est pas une nécessité pour qu'ils se sentent bien et heureux dans leur couple.
 
— Oui je comprends... Bon, je vais aller faire un tour en ville. Tu viens avec moi ?
 
— Non, je vais rester un peu ici pour bouquiner ! 
 
— D'accord, à plus tard !
 
La fille de Gokû termina rapidement son sandwich, puis fit se leva du canapé. D'un bref mouvement de la main gauche, elle troqua son bas de training et son haut, contre un jeans bleu foncé, un tee-shirt asymétrique à courtes manches évasées rose fuchsia et des sandales à talons. La jeune femme fit un rapide passage devant l'immense miroir du vestibule pour vérifier si ses cheveux n'étaient pas trop en bataille, puis quitta le manoir. Elle emprunta le petit chemin de briques roses menant à la grille de sécurité de la propriété, puis s'arrêta un instant. Elle savait qu'elle ne pourrait pas garder son secret pour elle éternellement. Et peut-être que cette balade allait l'aider à trouver le moyen de le lui avouer...[/quote]
avatar
Lyne

Messages : 256
Date d'inscription : 08/03/2015
Age : 27
Localisation : Juste derrière toi...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum