Chapitre 38 - Entrer dans l'arène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 38 - Entrer dans l'arène

Message par Lyne le Mer 3 Mai - 13:34

Chapitre 38
Entrer dans l'arène
 
 
 
 
Gelanàa marchait aux côtés de Goten en silence, la mine crispés et le corps tétanisé. Un noeud se forma à l'intérieur de son estomac lorsqu'ils atteignirent la porte de la demeure familiale.
 
— Ça va aller, t'inquiète pas ! s'exclama le métis en déposant un baiser sur la tempe droit de la Majin.
 
— Bon sang ! Je suis angoissée ! Je suis sûre que ça se voit que je suis angoissée ! J'ai pas trop de gouttes de sueur ? 
 
— Mais non, tu es parfaite ! Détends-toi, je suis certain qu'ils vont t'adorer !
 
— Tu... tu crois ?
 
— Bien sûr. Allez, viens ! Ils vont finir par se poser des questions si on entre pas, acheva le fils de Gokû en prenant la main de la Djinn.
 
 Un profond soupir s'échappa des lèvres de Gelanaà alors qu'elle franchissait le seuil de la maison. L'heure était à présent venu pour elle, d'entrer dans l'arène !
 




Un large sourire anima le visage de Chichi, tandis qu'elle coupait en petits cubes un assortiment de légumes. Le jour-J était enfin arrivé ! Elle allait enfin rencontrer la mystérieuse petite amie de son fils cadet. Elle avait été très surprise d'apprendre qu'il avait trouvé un nouvel amour. Et dire qu'elle pensait qu'il avait grandement laissé les flirts de côté pour se consacrer à ses études... pure illusion. Enfin, elle ne pouvait pas le blâmer. C'était de son âge après tout. Elle ne pouvait pas l'empêcher de sortir avec une jeune fille. Mais son étonnement s'avéra bien plus grand lorsque le métis lui annonça qu'il s'agissait d'une Majin...
 
Révélation que Chichi mit plusieurs minutes à assimiler. Elle crut d'abord à une blague... qu'elle se garda bien de signaler, préférant ne pas attiser de conflits inutiles. La vérité étant, qu'elle aurait préféré que la "fiancée" de son fils soit une terrienne. Une humaine du moins. Non pas qu'elle était raciste ! Elle appréciait d'ailleurs énormément Genïe. Mais cette relation pour le moins atypique faisait naître quelques appréhensions dans l'esprit de la mère de famille. Oh, ce n'était pas le caractère, ni l'attitude de la jeune fille qu'elle craignait. Elle savait que de ce côté-là, Goten était sûrement tombé sur une très bonne personne. Après tout, Genïe étant une femme adorable à souhait, il n'y avait aucune raison que sa soeur ne le soit pas également. 
 
Mais les probables agissements de Gelanaà l'inquiétait quelque peu. Elle avait peur que cette dernière distraie trop le métis, l'empêchant d'étudier convenablement. Et par-dessus tout : l'idée que son fils fréquente une fille venant d'une autre planète l'angoissait terriblement. Et s'il avait l'intention de quitter la demeure pour la rejoindre ? Il était bien trop jeune pour ça. Il passait déjà suffisamment de temps sur Vergas. Et elle ne voulait pas que la Majin le persuade de s'établir là-bas ! Maelyss avait déjà un pied à moitié sur Terre, moitié sur Vergas, et il était hors de question que Goten en fasse de même. Il resterait sur Terre ! Avec elle. Et si Dendé entendait ses prières, ferait comme son frère en habitant près d'elle afin qu'elle puisse le voir régulièrement !
 
— Maman, c'est nous ! raisonna la voix de Goten en entrant dans la demeure familiale.

— Ah mon chéri, te voilà ! s'exclama la mère de famille en accueillant le jeune couple. Et voici donc Gelanaà, je suis ravie de faire ta connaissance. Goten nous a beaucoup parlé de toi !

— Moi de même madame Son ! répondit la jeune fille. Je vous ai apporté un petit cadeau, ajouta-t-elle avant de faire apparaître un magnifique bouquet de fleurs bleu et jaunes, animées par un halo de lumière blanc.

— Oh, merci Gelanaà, il est magnifique ! s'exalta Chichi en contemplant le bouquet. Eh bien Goten, fais-là entrer au salon !

— Euh, oui, oui, bien sûr ! lâcha ce dernier avant de conduire la Majin dans l'une des pièces maîtresses de la maison, là où son frère, sa belle soeur et sa nièce l'attendaient, tranquillement installés dans les canapés.

— Bonjour ! s'exclama Gelanaà en souriant, tandis que Gohan et Videl se levèrent et s'approchaient pour la saluer.

— Gelanaà, voici mon frère Gohan, et sa femme Videl, présenta l'adolescent.

— Nous aussi, fit remarquer Gohan en serrant la main de la Djinn.

— Je suis enchantée de vous connaître ! Et cette petite doit être Pan, nota-t-elle en souriant à l'enfant dans les bras de sa mère. Elle est encore plus mignonne en vrai !

— Merci ! répondit Videl.

— Allez, asseyez-vous sur les canapés, je vais vous apporter quelque chose à boire, déclara Chichi en achevant de mettre les fleurs dans un beau vase bleu.

— Papa n'est pas encore là ? s'enquit Goten surpris.

— Le déjeuné est presque prêt, il ne devrait plus tarder à présent, répondit sa mère en déposant un plateau contenant deux boissons. Tiens, voilà pour toi Gelanaà. Je sais que Genïe aime beaucoup cette limonade quand elle vient ici, j'espère que toi aussi ! ajouta-t-elle en tendant le verre à la Majin. 

— J'en suis sûre !

— Alors, Gelanaà, commença Gohan en s'installant dans le canapé aux côtés de sa femme. Goten nous a dit que tu travaillais dans la sécurité sur Vergas...

— Absolument. J'intervins lors d'altercations entre Majins ou Vergassiens habitées les grandes capitales Vergassiennes. Je suis chargée de régler les conflits et dans la mesure du possible, apaiser les esprits, expliqua la jeune fille. Mais je suis affectée qu'aux villes fréquentées par les Majins et les Vergassiens, précisa-t-elle.

— Intéressant ! Et vous êtes beaucoup de Djinns à faire ça ?

— Oui. Et à vrai dire, il y a presque plus de Vergassiens qui font ce travail-là. Tout comme le métier de médecin d'ailleurs... En réalité, il y a deux sortes de Gardiens. Ceux qui opèrent exclusivement sur le territoire Majin. Et ceux qui agissent sur celui des Vergassiens. 

— Et t'aimes-tu faire lorsque tu ne travaille pas ? questionna Chichi.

— Je fait de la danse. Je fais d'ailleurs parti d'un groupe assez célèbre sur la planète. J'aime dessiner et je me suis aussi lancée dans la dégustation professionnelles de pâtisseries pour dénicher de nouveaux talents.

— Oui, d'ailleurs maman, je t'en ai rapporté ! indiqua Goten en faisant apparaître une boite pleine avant de la tendre à sa mère.

— Ah tu y as pensé cette fois ! Merci mon chéri ! lâcha cette dernière. Allez venez, on va passer à table !





 
 
Un soupir d'agacement s'échappa des lèvres de Maelyss, tandis qu'elle étalait la crème pâtissière sur son gâteau. Quel tâche celui-là ! Non seulement il ramenait un chien au manoir et en plus il ne prenait même pas la peine de s'assurer qu'il avait un maître. Buu préférant vaguer à ses propres occupations, plutôt que de l'aider, elle dû se coltiner cette tâche toute seule. C'était son chien à lui, et pas à elle ! Pourquoi ça avait été à elle de s'assurer qu'il appartenait à quelqu'un ? Ah, elle le retenait ! Et qu'il vienne lui faire ne serait-ce qu'une réflexion, elle allait le recevoir comme il le méritait. 
 
Elle avait d'autres choses à faire que ça. Comme... confectionner des gâteaux et autres pâtisseries pour faire la promotion de leur établissement. Genïe l'avait chargé de commencer les préparations le temps qu'elle revienne de ses derniers achats. Deux heures s'étaient écoulées depuis que la Saiyanne s'était mise aux fourneaux. Et aucun incident n'était venu perturber son travail. Du moins, jusqu'à maintenant. Elle ne s'était pas encore attelée aux tartes au citron qui lui donnait tant de fil à retordre. Et en réalité, elle préférait laisser Genïe s'en charger. 
 
Elle ne s'était pas énervée depuis deux jours et elle avait la ferme intention de continuer sur cette lancée... pour peu que Buu daigne lui laisser cette possibilité.  Ce qui hélas, demeurait encore très incertain au vu du comportement qu'affichait le démon. Tout compte fait, manger des bananes et les pommes en cas de crise, - bien qu'étant un très mauvais tic, - s'avérait finalement un très bon moyen pour se détendre et calmer ses nerfs, souvent à fleur de peau. Et Maelyss était ravie de ne plus céder aussi facilement à son côté soupe au lait. Même s'il n'était jamais loin. Même si elle savait qu'il ne disparaîtrait jamais complètement... 
 
Un sourire illumina le visage de la guerrière, alors qu'elle contemplait ses mini choux à la crème de cerise, ses éclairs au chocolat et ses petits cake banane cannelle et pépites de chocolat. Elle était fière de ce qu'elle avait fait. Et elle avait hâte que les futurs clients goûtent ses pâtisseries. Mais avant toute chose, elles devaient passer sous l'oeil scrutateur et les papilles exigeantes de Genïe pour avoir une chance d'être présentées aux futurs acheteurs. Si le cake banane était certain de passer le test, rien n'était encore joué pour les autres confections. Il n'y avait plus qu'à attendre que la Majin valide ce qu'elle avait fait.
 
Maelyss s'apprêta à passer ses créations au réfrigérateur, quand Buu pénétra subitement dans la cuisine, vola l'un des choux à la crème de cerise, puis quitta la pièce comme si de rien n'était.
 
— Te gênes surtout pas hein ! lança la fille de Gokû à l'adresse du Djinn.
 
Ce dernier ne répondit pas à la remarque, se contentant de déguster tranquillement la pâtisserie qu'il venait de chaparder. Pas mauvais, pensa-t-il en se léchant la lèvre supérieure. Mais manquant un peu de sucre à son goût. Mais à l'instant où le démon était sur le point de s'élever dans les airs pour rejoindre son lieu d'entraînement, quelque chose agrippa le bas de son pantalon. Buu baissa les yeux. Les yeux du chiot le regardaient fixement tandis qu'il serrait fortement le vêtement dans sa gueule.
 
 Qu'est-ce qu'il lui voulait encore ? N'avait-il pas fini de s'accrocher à lui comme ça ? Le Majin dégagea l'animal de son habit, puis s'éleva quand le quadrupède se mit à aboyer, puis à gémir. Buu mit son geste en suspens, puis observa un instant le chien. Ayant une nouvelle fois attiré l'attention du Djinn, ce dernier fit quelques tours sur lui-même avant d'aboyer une nouvelle fois. Il voulait jouer ! Un fait qui n'échappa pas à Buu. 
 
Le guerrier hésita un instant, puis...
 
Se posa au sol avant de faire apparaître un disque volant de couleur bleu qu'il lança à travers l'immense jardin. Un jouet que le chiot s'empressa de rattraper avant de mordiller dedans. Les yeux de Buu s'arrondirent légèrement. Pourquoi ne lui rapportait-il pas l'objet ? Peut-être fallait-il lui apprendre. Tout comme Satan lui avait montré pour Bee. Le Majin s'approcha de l'animal, puis lui reprit gentiment, - mais fermement - le jouet.
 
— Allez, rapporte ! s'exclama-t-il avant de lancer une nouvelle fois le disque.
 
L'animal réceptionna le disque en plein vol, atterri sur ses pattes, puis regarda en direction du Djinn en remuant la queue avant de venir légèrement dans sa direction.
 
— C'est bien, fit Buu en reprenant l'objet que le chiot ne voulait pas décidément pas lâcher. Maintenant, assis ! intima-t-il.
 
Le chien inclina la tête légèrement de côté, tandis qu'un air interrogateur se tissait sur son visage.
 
— Assis ! ordonna une nouvelle fois le Djinn tout en pointant le sol à l'aide de son index. 
 
— Waff ! 
 
Buu haussa les arcades sourcilières, perplexe. Pourquoi ne lui obéissait-il pas ? Devait-il aussi lui apprendre ? À en juger par l'absence totale de réaction de l'animal, il fallait croire que oui. Les yeux du démon s'écarquillèrent légèrement lorsque le quadrupède frotta sa tête contre ses mollets. Puis sans qu'il s'en rende  Compte, sans vraiment savoir pourquoi, sa main droite vint caresser la tête du chiot. L'animal remua sa queue de plus belle. Manifestement, lui l'avait déjà adopté ! Ce petit labrador lui faisait beaucoup penser à Bee...
avatar
Lyne

Messages : 256
Date d'inscription : 08/03/2015
Age : 27
Localisation : Juste derrière toi...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum