Chapitre 37 - L'invité surprise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 37 - L'invité surprise

Message par Lyne le Ven 28 Avr - 11:48

Chapitre 37
L'invité surprise


 
... .Un jour plus tard, au manoir de Tayrun. ...
 


— Lylyss, le petit déjeuné est prêt !
 
— Oui, oui, j'arrive ! s'exclama la Saiyanne en réponse à la question de sa meilleure amie.
 
Maelyss retira ses lunettes de lecture, posa son livre de sortilège, puis quitta son lit avant de se téléreporter dans la cuisine du rée de chaussée. 
 
— Hm... je meurs de faim ! Qu'est-ce que tu as fait de bon ?
 
— Bouilli de riz avec bacon et oeuf brouillés, des toasts, des crêpes, du fromage, beurre, confiture, kiwi, framboises, jus d'orange et thé, indiqua la Gardienne.
 
— ça sent bon en tout cas ! souligna la Saiyanne avant de s'assoir à table. Merci Genïe !
 
La jeune femme saisit plusieurs crêpes, puis y étala généreusement de la confiture de fraises avant de dévorer ses crêpes en deux minutes à peine. Mais alors qu'elle allait s'apprêtait à s'emparer de sa bouilli de riz, un bruit étrange raisonna dans le jardin. La guerrière stoppa sa dégustation, puis tourna légèrement la tête pour se concentrera sur ledit bruit.
 
— Qu'est-ce que c'est que ça ? lâcha-t-elle, surprise.
 
— Quoi ?
 
— Y a un bruit bizarre dans le jardin.
 
Le regard des deux amies se croisèrent l'espace d'un instant. Piquée par la curiosité, Maelyss quitta sa chaise, puis alla voir de quoi il en retournait. Ses yeux s'écarquillèrent de surprise, lorsqu'elle aperçut un petit chiot noir aboyer derrière la baie vitrée du salon. 
 
— Mais qu'est-ce que tu fais là, toi ? s'exclama-t-elle en ouvrant la grande porte coulissante pour caresser la tête de l'animal.
 
— Lylyss, qu'est-ce que... Genïe se tût. Son visage s'illumina subitement à la vue du quadrupède. Wouaaaaaah ! Qu'il est mignon ce petit toutou ! s'exalta-t-elle en joignant ses mains en prière contre sa poitrine, alors qu'un large sourire s'étalait sur son visage. Salut, toi ! Oh, woui que t'es beau toi alors ! ajouta-t-elle, complètement gaga en grattant massant la tête du chien. Mais d'où est-ce qu'il sort ? Tu crois qu'il s'est perdu ?
 
— Possible. En tout cas, il n'a pas de collier... indiqua Maelyss.
 
— Viens, je vais te donner à boire ! annonça la Gardienne en faisant entrer l'animal dans le salon.
 
— Euh, Genïe... tu es sûre que... commença la métisse, hésitante.
 
— C'est un bébé, que veux-tu qu'il fasse ?
 
Àpeine rentré dans le salon, le chien détala en direction des escaliers menant au premier étage sous le regard médusé des deux amies. Buu sortit de sa chambre après une petite heure de sieste en baillant. ça faisait longtemps qu'il n'avait pas dormi comme ça. Mais alors qu'il était sur le point de prendre les escaliers, quelque chose, - ou plutôt, quelqu'un -, lui bondit dessus. Les yeux du Majin s'écarquillèrent de surprise. C'était le chien qu'il avait soigné et libéré des griffes de ces deux Vergassien, la veille. Que faisait-il ? Et comment l'avait-il retrouvé ? Buu se dégagea de l'animal et tenta de le chasser à nouveau, en vain. Le quadrupède ne cessait de frotter sa tête contre ses jambes en remuant la queue. Un spectacle qui n'échappa au regard étonné de Genïe et Maelyss, venant de faire leur entrée dans le couloir du premier étage.
 
— Non mais je rêve... souffla Genïe, tandis qu'une grimace s'étalait sur son visage. Ne me dit pas qu'il est venu pour lui ! 
 
—... Faut croire que si, nota Maelyss. Remarque, ça fait au moins une personne qui l'aime, ajouta-t-elle d'un ton sarcastique.
 
— Il me semblait bien que j'avais entendu du bruit en bas, raisonna la voix de Tayrun en descendant les marches du deuxième étage. Que fait cet animal ici ? interrogea-t-il.
 
— On ne sait pas. On l'a trouvé dans le jardin, expliqua Genïe. Mais lorsque j'ai voulu le faire entrer pour lui donner à boire, il a filé retrouver Buu. Je me demande d'ailleurs bien pourquoi... marmonna-t-elle.
 
— Est-ce vrai, Buu ? questionna le mage.
 
— Hm... Il se faisait maltraiter par des adolescents hier. Il était blessé, alors, je l'ai soigné, répondit simplement le Djinn.
 
— Attends, tu veux dire que tu as sauvé ce petit chien ? lança Genïe, sceptique. 
 
— Oui, et alors ? répliqua le Majin.
 
Un léger sourire s'immisça sur les lèvres de Tayrun. Ses efforts commençaient enfin à être récompensé. Ce n'était pas trop tôt ! Et dire qu'il commençait à désespérer que cela arriverait un jour. Bien sûr, la partie était encore loin d'être gagnée. Mais le Vergassien avait bon espoir qu'un jour, le Majin deviendrait beaucoup plus sociale. 
 
— Excellent. Vérifiez s'il a un maître. Et si tel n'est pas le cas, Buu, tu pourras le garder, déclara-t-il.
 
— Qui a dit que je voulais de ce chien ?
 
— Quoi ? Mais je croyais que vous ne vouliez pas d'animal au manoir ? fit remarquer Maelyss.
 
— Eh bien, j'ai changé d'avis. 
 
Une grimace s'étendit sur le visage de la Saiyanne. 
 
— Bon, je vous laisse les enfants. J'ai des cours qui m'attendent, acheva le mage avant de s'éclipser.
 
— Chic ! On va avoir un chien ! s'enthousiasma Genïe. Va falloir qu'on lui trouve un nom !
 
— Ne t'emballe pas trop, il faut d'abord qu'on s'assure qu'il n'a pas de maîtres, s'exclama la guerrière.
 
—  Ah oui c'est vrai... Tu peux regarder ça ? je dois aller voir Gelanaà. La pauvre, le repas avec tes parents la met dans tous ses états. Il faut que j'aie la rassurer ! indiqua la Djinn rose avant de se téléreporter à son tour.
 
— D'accord... Bon, Buu tu m'aide ? fit la fille de Gokû.
 
Pour seule réponse, le démon tourna les talons et s'orienta en direction des escaliers menant à la cuisine, suivit par le chiot.
 
— ...Ne te sens pas concerné surtout ! lança-t-elle à l'intention du Djinn.
 




Un léger soupir s'échappa des lèvres de Gelanaà alors qu'elle fixait les robes suspendues en lévitation en face d'elle. Cinq minutes s'étaient écoulées depuis qu'elles les avaient sorties du grand placard. Et elle n'arrivait toujours pas à se décider. Les yeux de Gelanaà firent l'aller-retour entre les deux vêtements qu'elle avait sélectionnés. Robe bustier,  bretelles ? Longue, courte ? Cintrée, évasée... 
 
Un cruel dilemme pour la Majin qui aurait bien aimé les porter toutes les deux. Fuchsia ? Non, avec sa peau violet parme, ça ferait bien trop flashy. Elle n'allait pas à une soirée dance floor ! Violet prune lui semblait être un choix plus indiqué.. C'était sobre et raffiné. Les yeux de la Majin s'écarquillèrent légèrement. Et si c'était trop sombre ? Peut-être devait-elle choisir une autre couleur ? Une mine dépitée se peignit sur le visage de Gelanaà, tandis qu'elle se laissait tomber assise sur son lit. Elle n'y arriverait jamais !
 
— Lana, ça va comme tu veux ? s'enquit Genïe en poussant doucement la porte de la chambre de sa soeur.
 
— Non ! Je n'arrive pas à me décider ! Je crois que je ne vais pas y aller tout compte fait...
 
— Hey, tu ne vas te priver de cette soirée sous prétexte que tu n'arrives pas à choisir une tenue ?
 
— J'aimerais bien t'y voir, tiens ! De quoi aurais-je l'air si je me rend chez les parents de Goten habillée comme un sac à patate ! C'est la première fois qu'il me présente à eux. J'aimerais faire bonne impression tu comprends ? En plus, je parie qu'ils sont réticents à l'idée que je sois une Majin...
 
— Enfin,Gelanaà, ce ne sont pas des monstres ! Ils sont très gentils tu sais ! La preuve, ils m'ont bien acceptée ! sourit Genïe.
 
— Oui, mais tu n'es pas la petite amie de Lylyss, toi.
 
— C'est vrai, acquiesça la Gardienne. Il est vrai aussi qu'ils ont été quelque peu surpris de ma présence. Mais ils ont très vite compris que je n'étais pas une mauvaise personne. Et ils se sont habitués sans problèmes. 
 
— Si tu le dis...
 
—  Gelanaà, tu es une fille adorable et intelligente ! Je suis sûre qu'ils t'apprécieront également.
 
— T'en est sûr ?
 
—  Évidemment ! Tu es ma soeur après tout. Bon, voyons voir ce que tu as choisis. Hm... Le fuchsia est trop voyant. Tu devrais mettre la robe à bretelles prune, indiqua la Djinn.
 
 — Tu crois ?
 
— Oui, cette couleur vas bien à ton teint et en plus, ça met tes pupilles améthyste en valeur ! En revanche, je la ferais plus cintrée. Ce style évasé fait un poil trop fillette.
 
— Comme ça ? questionna la démone violette, en resserrant la robe au niveau de la taille et des hanches d'un bref mouvement de sa petite crête située sur la tête.
 
— Non, ça c'est trop moulant, répliqua Genïe avant d'élargir légèrement le vêtement d'un rapide geste de l'index de sa main droite. Voilà qui est mieux. Maintenant voyons ce que ça donne sur toi ! ajouta-t-elle en faisant apparaître la tenue sur sa petite soeur. Tu es ravissante !
 
— Merci Genïe ! Pour les chaussures, je pensais à ces escarpins noirs et ces anneau argentés ainsi que ce bracelet comme accessoires, ça ne fait pas trop ?
 
— Non, du tout ! Mets-les pour voir !
 
La petite amie de Goten s'exécuta.
 
— Très chic ! Mais sans en faire trop, c'est parfait ! 
 
— Et pour la coiffure ? interrogea Gelanaà à l'adresse de sa soeur.[/color]
 
— Je vais m'en occuper.
 
— Voilà ! Tu es magnifique comme ça !
 
— Tu es sûre que ça ne fait pas un peu trop ce chignon décoiffé ? questionna Gelanaà, perplexe.
 
— Mais non ! En plus c'est revenu à la mode chez nous. Alors, profites-en ! Bon, je te laisse. J'ai encore des courses à faire. Et ne t'en fais pas pour cette soirée, tout se passera bien, j'en suis certaine ! Tu me raconteras hein ?
 
— Oui, c'est promis ! Merci Genïe.
 
Gelanaà regarda sa soeur s'éclipser avant de se contempler devant son miroir. Genïe avait raison. Elle ne devait pas être aussi nerveuse. Après tout, ce n'était qu'une réunion de famille dans le but de faire connaissance avec la famille de Goten. Pas un examen de fin de formation de Gardiens. Bien sûr, tout cela était que purement théorique. Elle savait bien que l'interrogatoire était un rite de passage obligatoire lorsqu'on entrait dans une nouvelle famille. Encore plus lorsqu'il s'agissait d'une famille terrienne. 
 
Elle s'attendait donc à ce qu'on la cuisine plus ou moins longtemps pour qu'elle parle d'elle et de sa vie sur Vergas. Ce qu'elle allait bien sûr faire avec plaisir. Elle n'avait du reste rien à leur cacher. Mais l'idée de rencontrer pour la première fois sa belle famille la mettait dans un état tel, qu'elle craignait de commettre des impaires et de se ridiculiser. Le pire des scénarios aux yeux de Gelanaà qui espérait tant leur faire bonne impression. Elle ne se pardonnerait pas si elle venait à faire des gaffes à cause d'un stupide stress qu'elle seule, s'infligeait...
 
Un mois s'était écoulé depuis qu'ils avaient décidé de se mettre ensemble. Un mois de pur bonheur. Elle n'aurait jamais pensé éprouver de telles sentiments. Encore moins pour un humain. Elle avait l'impression de flotter sur un nuage. Un nuage sur lequel elle avait bien du mal à redescendre. Ce qui n'avait pas échappé aux yeux de ses amis et de ses collègues de travail, la jugeant un peu trop distraite. Un état d'esprit qui avait bien failli lui faire défaut lorsqu'elle dû intervenir au sein d'une bagarre de civils Vergassiens dans le parc de la capital ouest.
 
Une bonne majorité des Djinns voyaient les relations Majins-humains d'un très mauvais oeil. Raison pour laquelle Gelanaà avait éventé le fait qu'elle était en couple avec l'un d'entre eux, qu'à une petite partie de ses amis et de ses associés. Même si leur avis lui importait peu, elle n'avait aucune envie de subir leur moqueries et leurs plaisanteries ô combien douteuses. Et puis, le principal c'était qu'elle se sentait bien avec Goten. Le reste n'avait pas d'importance... La Gardienne enfila son deuxième escarpin noir, puis quitta sa maison, avant de se volatilisa vers la zone de téléprotation de la station spatiale de la planète. Une image holographique émanant de montre se trouvant dans son sac à main s'imposa subitement face à elle.
 
11h50.
 
Il n'allait plus tarder à présent. Mais alors qu'elle attendait patiemment l'arrivée de son petit ami, des doutes envahirent soudainement son esprit.
 
Et si elle faisait une bêtise ? Si les relations Majins-humains étaient trop compliquées comme le laissait entendre Mahaa ? Elle n'avait que 18 ans. Lui était très jeune aussi. Trop ? Nul ne saurait vraiment le dire. Devait-elle le marquer si cela devenait encore plus sérieux ? Elle avait encore de nombreux siècles devant elle à vivre. Devait-elle les gâcher pour un amour de jeunesse ? Pourtant, si elle ne le faisait pas, elle risquait de le perdre. Elle l'aimait. Et elle ne pouvait se résoudre à l'idée qu'une autre prenne sa place. Suivre le conseil de Djuu ne l'enchantait pas. Mais c'était un risque à prendre. Et la meilleure solution qui s'offrait à elle, à ce jour. Et puis... ils avaient le temps de découvrir l'amour. Alors, au diable les conventions ! Et tant pis s'ils n'étaient pas reconnus. De toute façon, elle s'en fichait. D'ailleurs, elle avait bien assez de temps pour réfléchir à ce qu'elle allait faire... Goten venait d'arriver.



avatar
Lyne

Messages : 256
Date d'inscription : 08/03/2015
Age : 27
Localisation : Juste derrière toi...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum